Je sais, tu travailles déjà un nombre d’heures beaucoup trop élevé par semaine. Je sais aussi que tu voudrais tout faire, et par-dessus tout bien le faire et à temps!

Femme entrepreneure avec son ombre Superwoman

Être une superwoman qui réussit tout ce qu’elle entreprend.

Être une entrepreneure performante, organisée, inspirante, financièrement à l’aise en plus d’être une maman présente, une amoureuse passionnée, une fille disponible en tout temps pour tes parents, une tante gâteau, une bénévole engagée…

Je sais aussi, ou du moins je l’espère, tu es parfaitement consciente de ne pas pouvoir tout réaliser et ce, malgré tout le bon vouloir que tu as. Tu sais que de ralentir te ferait le plus grand bien…

Alors, est-ce que je décris bien comment « tu te sens »?

En tout cas, moi, j’ai longtemps voulu être une superwoman. J’en ai également voulu à mon chum qui ne voyait et ne comprenait pas du tout ce dont je parlais quand je prononçais les mots « CHARGE MENTALE »! Et je l’ai payé de ma santé : diagnostics de la Maladie d’Hodgkin (un cancer) à 28 ans…

Donc, après l’année qu’ont duré mes traitements, je me suis beaucoup intéressée à la charge mentale des femmes. Après de multiples lectures, même s’il n’existe que très peu de littérature à ce sujet, j’ai fini par mieux comprendre ce qu’était : la fameuse charge mentale.  Et très rapidement, j’ai pu transposer le concept à la sphère des femmes entrepreneures .

S’il y a 10 ans, il était bien vu d’être toujours occupée, en meeting, sur la route, en voyage d’affaires, à être encore au bureau à 22 h, et bien aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Heureusement!

Démystifier la charge mentale

La charge mentale des femmes entrepreneures

Généralement, on parle de la charge mentale comme étant associées à toutes les charges, ou les trucs à faire, à penser et surtout, à ne pas oublier!

Encore aujourd’hui, on associe la charge mentale aux femmes qui, de façon très traditionnelle, ont la responsabilité, dans leur un couple ou leurs relations, de veiller à l’organisation et au bon fonctionnement de la maison, de la famille, des enfants, entre autres choses.

Toutefois, dans cet exemple, on mélange 2 termes qui méritent plus d’explications : la charge mentale ménagère et la charge mentale cognitive.

La charge mentale ménagère

La charge mentale ménagère se rapporte directement à tout ce qui se définit en terme d’un ménage, d’une maison : l’entretien, le lavage, les repas, les (maudits) lunchs, faire l’épicerie, etc.

Autrement dit, c’est un ensemble de tâches qui visent au bien-être de sa famille, de sa maison et d’en avoir non seulement la responsabilité mais également la réussite de dudit bien-être.

La charge mentale cognitive

La charge mentale cognitive, quant à elle, est caractérisée par le fait d’avoir en tête beaucoup d’éléments à gérer et ce, dans un même laps de temps. Ce sont des pensées qui surviennent, ou qui « poppent », n’importe où et n’importe quand.

Appeler le dentiste  +  finir la brassée de lavage  +  prendre rendez-vous pour le changement de pneu  +  téléphoner à sa mère  +  vérifier les devoirs du plus vieux  +  acheter des piles pour le jouet beaucoup trop bruyant de la petite dernière  +  et le souper… qu’est-ce qu’on mange?

Et ça recommence. Jour. Après. Jour.

Juste à lire tout ça, je suis essoufflée!

Mais c’est ça la charge mentale dite cognitive.

Je t’explique, très brièvement, la façon dont notre cerveau fonctionne. Celui-ci possède une capacité à stocker des informations de façon simultanée. On parle de 7 choses, plus ou moins 2, que notre cerveau est en mesure de se rappeler et/ou d’exécuter dans un court laps de temps mémoire.

Le jeu enfantin « Quand je vais au marché, j’apporte dans mon petit panier… une carotte, une pomme, du lait, de la farine, des biscuits, un pamplemousse, du fromage, etc… » est un excellent exemple de charge mentale cognitive qui, je te l’accorde, n’a pas de conséquence.

Mais si tu fais la même chose à l’épicerie, pour les cadeaux de Noel, les bagages, la liste d’effets scolaires… il y a fort à parier que tu oublies des trucs.

Et encore là, il y a un point super intéressant à soulever : si on arrive à faire 2 choses à la fois, il est intéressant de noter que ces 2 choses sont très rarement liées entre elles :

  • Écouter un podcast et plier les vêtements;
  • Jaser et conduire;
  • Être sous la douche et chanter 😉

À contrario, il est pratiquement impossible, et nettement déconseiller, de conduire et plier des vêtements en même temps.

La charge mentale cognitive fait partie du quotidien. Pour certaine, cela ne présente pas de problème mais pour d’autres, bien souvent les femmes plus naturellement anxieuses, cela est une éternelle marche avec le vent dans la face… parfois il se calme, parfois c’est de véritables rafales.


Alors, comment alléger sa charge mentale :
Dresser des liste – Établir des routines – Déléguer


Et maintenant, la charge mentale des femmes entrepreneures?

Après ce que je viens d’énumérer ci-dessus, il est facile de transposer le concept de charge mentale cognitive à la vie des femmes entrepreneures.

Pour y voir encore plus clair, je t’invite à faire un petit exercice.

Tu as besoin d’un crayon et d’une feuille de papier.

Pas d’informatique ici —» le cerveau enregistre et comprend 3 fois mieux quand on écrit de façon manuscrite.

Alors, pendant 30 secondes, minuterie en main, liste TOUTES les tâches que tu exécutes dans ta business, que ce soit au jour le jour, à chaque mois ou annuellement.

Go! C’est parti.…

Femme qui écrit une liste
  • Création de produits ou de services
  • Service à la clientèle
  • Relation avec les fournisseurs
  • Gestion des ressources humaines, interne ou à contrat
  • Achat du matériel de bureau
  • Comptabilité
  • Facturation
  • Répondre aux courriels
  • Réseautage d’affaires
  • Création de contenu pour le web
  • Rédaction des pages de vente
  • Mise en ligne du site Internet
  • Gestion, mise à jour et intégration dudit site Internet
  • Création de l’expérience client
  • Gestion des médias sociaux
  • Rédaction et envoi d’infolettres
  • Payer les comptes
  • Rédiger son rapport de taxes
  • Etc.
  • Ect.
  • Ect.

C’est bon? On a fini les 30 secondes.

Maintenant, relis le tout.

Es-tu en mesure de dire quelles actions ne sont pas importantes?

Mais non! Parce qu’elles le sont toutes.

Et disons-le, elles ne nous enchantent pas toutes de la même façon…

On devient entrepreneure pour mettre d’abord à profit, de façon imagée et réaliste, ses talents, son expertise. Et c’est justement là qu’il est avantageux de se libérer du temps en déléguant ou en donnant à contrat plusieurs tâches pour se focusser :

  1. sur ce qu’on fait le mieux,
  2. ce qu’on aime le plus
  3. et ce qui est payant.

Les 3 à la fois!

Et s’il-vous-plait, ne me dis pas que tu es bonne pour faire tout ça. C’est peut-être vrai, mais c’est rarement rentable, autant pour ton portefeuille que pour le maintien de ta santé mentale.

La charge mentale des femmes entrepreneures : mythe ou RÉALITÉ

À la lumière de tout ce que tu viens de lire, es-tu en mesure de répondre : RÉALITÉ?

Je le souhaite réellement parce que c’est en confirmant son existence, en en parlant autour de soi, en mettant en place des actions pour la diminuer (déléguer, dresser des listes, créer des routines) que la charge mentale ne sera plus banalisée.

J’espère également que cet article mettra en lumière les différences de la charge mentale ménagère et la charge mentale cognitive.

Parce que réduire la charge mentale à un simple état de « pas grave si le ménage n’est pas parfait », c’est ignorer que la charge mentale est intimement liée à la santé mentale.

Pour voir comment je peux t’aider, c’est ICI